top of page
Rechercher
  • Jordy STAELEN

Réussir sa reprise d’entreprise #2 : bilan des 100 premiers jours de Marcela et Olivier

Dernière mise à jour : 11 juil. 2022

Post 2 sur 2



Dans notre article précédent, nous avons interviewé Olivier et Marcela, les deux premiers dirigeants à avoir intégré la constellation Perseus. Ils nous ont parlé de leur préparation à la reprise d’entreprise, leurs premiers contacts avec les équipes en place, leurs premières actions. Voici la suite de leur témoignage : au menu, leurs next steps, la vision de leur entreprise à 3 ans, ce qu’ils ont retenu de l’accompagnement Perseus et quelques anecdotes croustillantes !



Construire l’avenir pas à pas


Interrogés sur leurs next steps, Olivier répond être « travailler sur 3 sujets – et sur 2500 autres aussi ». Au programme : « 1. Les partenariats avec les centres de formation et écoles d’ingé : les métiers techniques sont tendus, c’est trop frustrant de recruter par défaut… Alors on va aller les chercher à l’école ! 2. Le référencement de la société à la French Fab – label proche de la French Tech véhiculant des valeurs qui me correspondent) et dans les réseaux économiques industriels locaux. 3. La digitalisation, step by step, de la société– (je n’ai toujours pas mon agenda sur mon téléphone ☹. Sinon, la semaine prochaine, on reçoit notre première livraison de panier de fruits dans la salle de pause… ». Le plaisir au travail, un critère à ne pas oublier ! Du côté de Marcela, le premier objectif est interne : « 85% de notre chiffre d’affaires est réalisé entre Janvier et Juin. Le deuxième semestre sera le moment d’analyser notre performance actuelle, établir nos priorités pour l’année prochaine et établir notre plan d’actions. La formation sera également une priorité, la moitié de notre équipe a moins d’un an d’ancienneté ». Et le deuxième ? La croissance, évidemment ! « J’ai embauché une nouvelle responsable commerciale qui ramène déjà de nouveaux contrats. Et nous avons lancé une campagne marketing pour acquérir de nouveaux clients dans un segment voisin ».



Une vision pour aller plus loin


Tous les deux sont confiants quant à l’avenir de leur entreprise. Dans trois ans, Olivier ambitionne qu’elle devienne une référence de son secteur, « reconnue comme une entreprise de grande qualité où les collaborateurs se lèvent le matin avec l’envie de servir leurs clients. Une entreprise à laquelle on pense quand on a des travaux en inox à réaliser ». Même enthousiasme du côté de Marcela : « Thriving ! Je vois une équipe motivée, formée et engagée qui livre un service exceptionnel à nos clients. Le plan est de photographier plus de 70 000 étudiants et d’avoir plus de 50% des parts de marché en 2025 ! ». Faut-il le préciser ?Diriger une entreprise sans vision pour orienter les décisions stratégiques, c’est comme naviguer à vue. Nos deux nouveaux managers l’ont bien compris, affirmant par là leurs qualités de leaders. Mais d’ailleurs, pour eux, c’est quoi, un bon leader ? Pour Olivier, il doit être à la fois « humble, à l’écoute et capable de donner un cap… Et ne pas en dévier ». Marcela cite l’écoute, l’envie d’apprendre, la curiosité, l’organisation, la priorisation et l’implémentation. Pour pousser le bouchon plus loin dans la réflexion, ils ont même eu droit à une question bonus : sont-ils plutôt grand·e méchant·e patron·ne (comme Miranda Priestly ou Dark Vador), leader humble et à l’écoute (comme Jon Snow), rassembleur (comme Gandalf ou Brigitte Nyborg) ou visionnaire qui pense en-dehors des clous (comme Ragnar Lodbrok) ? Pour Olivier, malicieux, « ça dépend des jours ». Pour Marcela, son équipe est unanime : c’est la version féminine de Jon Snow !



La reprise, c’est parfois la crise !


De rire ou de nerfs, c’est selon ! Olivier nous a ainsi partagé une anecdote : « Une semaine après mon arrivée, j’ai découvert qu’un collaborateur utilisait un véhicule de la société…. Alors qu’il avait perdu son permis de conduire. Un avertissement plus tard, nous avons aménagé son poste pour qu’il n’ait plus à utiliser de véhicule jusqu’à récupération de ses points ». Quant à Marcela, elle est allée de surprises en découvertes ubuesques et nous partage deux pépites : « Le bureau était aménagé dans un bâtiment près de la maison des anciens propriétaires. C’était petit pour l’équipe et deux chats régnaient sur les locaux. Ils sautaient de table en table. Au moment du déménagement, nous avons cassé l’aspirateur en essayant d’enlever tous leurs poils ! L’ancien bureau était aussi habité par un ‘fantôme’. Quand j’ai repris l’entreprise nous avons trouvé les disques durs externes écrasés. Ceux-ci contenant les archives des échanges entre les cédants et les clients. Bien évidement, personne ne savait comment cela était arrivé. Ce fantôme a également supprimé des emails et informations sensibles ». Le genre de sujet qui fera sourire plus tard en y repensant mais qui ajoute sa dose de stress dans la période déjà tendue de transition.



Perseus, un soutien essentiel


Si on résume, ravis d’avoir sauté le pas ? Oh que oui ! Mais selon les deux dirigeants, rien n’aurait été possible sans l’aide de Perseus. Pour Marcela, « C’est grâce à Perseus que je suis entrepreneure aujourd’hui. Perseus a mis en place tout un écosystème qui nous permet d’attendre des objectifs imaginés impossibles. Dès le début du projet, des entrepreneurs aguerris m’ont conseillée, motivée et soutenue. C’est rassurant d’avoir une équipe expérimentée à mes côtés, mais ils m’ont laissé prendre mes propres décisions. Pendant la phase de négociations, j’ai pu travailler avec une équipe d’experts (avocats, comptables...) recommandée par Perseus. Savoir nos intérêts alignés m’a permis de leur faire confiance rapidement. J’ai également pu rencontrer d’autres entrepreneurs Perseus. Olivier, par exemple, a repris une entreprise à quelques semaines d’intervalle. Nous avons partagé nos expériences et difficultés. Je sais qu’il est disponible si j’ai besoin de conseil, aide ou tout simplement de parler avec quelqu’un. » Un Olivier n’en revient toujours pas que son rêve entrepreneurial se soit réalisé : « Je pourrais écrire un roman sur ce sujet. Au moment où nous nous sommes rencontrés [avec Perseus], j’étais résigné au salariat… Je suis passé par plein d’émotions (étonnement, excitation, peur, stress, joie). Aujourd'hui, j'ai trouvé une psy, un gestionnaire de patrimoine, des coachs et même une maman... je continue à connaitre des phases de stress et d'interrogation, mais j'ai toujours quelqu'un pour prendre quelques instants pour me permettre de redescendre... On arrive même à faire des brainstormings presque improvisés au 4 coins de la France (et du monde) ! ».




Une chose est sûre, reprise d’entreprise ne rime jamais avec ennui ! Nous n’avons aucun doute sur le fait que pour nos deux étoiles, et avec l’accompagnement de notre équipe d’experts, l’aventure se poursuivra sans encombre. Si suivre les traces d’Olivier et Marcela vous a donné envie, contactez-nous et papotons de votre projet !



314 vues0 commentaire

Comments


bottom of page